dima
  • Je suis une légende (Satiscaption)

    Je suis une légende se présente comme une suite d’images, du poétique au politique, qui sont autant d’aphorismes visuels : pages isolées où figurent une ou plusieurs photographies et sous chacune d’elles un texte. Les photos sont prises au jour le jour depuis 2004, dans la rue ou dans le domaine public, par la fenêtre ou sur l’écran, urbi et orbi, de jour comme de nuit, sans aucun souci d’unité technique, thématique ou stylistique. Les textes, quasiment tous de la plume de Marcel Bataillard, n’explicitent ni ne décrivent jamais : ils accompagnent. En contrepoint des photographies ils s’autorisent tous les registres : parodique, comique, burlesque, poétique, polémique... et ne disent jamais clairement s’ils sont titre ou légende. Ils peuvent avoir été rédigés antérieurement à la prise de vue ou longtemps après et visent à transformer la perception de ce qui est représenté, pouvant explicitement ou implicitement faire références à des œuvres ou événements extérieurs à ce qui est montré. À chacun de ces palimpsestes (1) correspond une référence du type Scholie 1234. Ce qui est l’occasion de rappeler ce qu’est une scolie (2) - et qui définit assez fidèlement l’intention de Marcel Bataillard pour la série Je suis une légende - : «occupation studieuse, commentaire particulièrement utile à la compréhension des allusions historiques, géographiques ou mythologiques, et pouvant faire oeuvre nouvelle, en marge de la démarche démonstrative.»
    (1) Gérard Genette définit le palimpseste comme une inscription faisant en sorte que l’on puisse « lire, par transparence, l’ancien sous le nouveau », comme une « littérature au second degré ». (2) Les scholie s’écrivent également scolie, bien que ce dernier terme puisse aussi désigner un type de chant à boire grec : on aura soin de ne pas confondre. On notera par ailleurs que les scholiastes sont généralement désignés d’après l’oeuvre ou l’auteur qu’ils ont commenté et qu’en conséquence l’anonymat et la difficulté de datation distinguent les scholies de commentaires érudits réalisés par un auteur bien identifié. Ce qui pourra paraître antinomique avec le titre de la série Je suis une légende, mais pas avec son traitement formel.